Jeudi, 25 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 50 s

Saint-André et Chambord réclament du financement

Jean Tremblay
Le 17 septembre 2022 — Modifié à 08 h 31 min le 17 septembre 2022
Par Jean Tremblay - Journaliste

Depuis la fin de juillet, les élus de Saint-André et Chambord ont en main l’étude de faisabilité technique de CMAX Transport pour contrer les entraves routières causées par le train. On y démontre la possibilité d’aménager une voie de contournement pour les automobilistes et véhicules d’urgences qui ne peuvent circuler en raison des manœuvres de triage à la gare.

On promet d’interpeller tous les candidats qui se présentent dans le comté Roberval aux élections provinciales. Les deux maires, Claire Desbiens et Luc Chiasson, désirent qu’ils en fassent un engagement électoral. Rien de moins.

« On n’en peut plus. Chaque jour, le train bloque la route à plusieurs reprises pendant des périodes pouvant aller jusqu’à 25 minutes », affirme la mairesse de Saint-André.

Dans le document de CMAX Transport, on apprend que l’option retenue consiste à aménager une route qui longerait le sud de la voie ferrée jusqu’à la route 169 sur une longueur d’environ 2,9 km.

« En fait, la nouvelle route partirait du belvédère du MTQ sur la route régionale. Elle serait parallèle au chemin d’Inter Cité pour sortir sur la route qui relie Saint-André à Chambord. Bien sûr, il faudrait encore traverser la voie ferrée, mais dans un secteur situé loin de la gare de triage. On éviderait ainsi le secteur problématique », explique le maire de Chambord.

Même si le transport ferroviaire demeure de compétence fédérale, ils allèguent que la traverse ferroviaire qui pose problème se trouve sur une route provinciale.

« Ce chemin appartient au ministère des Transports. Québec annonce régulièrement sa participation pour des voies de contournement. Cette fois-ci, c’est à notre tour », clame haut et fort le maire de Chambord.

Coûts élevés

L’évaluation de CMAX Transport démontre qu’il en coûterait 2,1 M$ pour réaliser cette nouvelle route.

« Par contre, à ce montant, il faut ajouter les coûts d’acquisition des terrains gré à gré. Les propriétaires démontrent une ouverture », confirme le maire Chiasson.

Les deux maires avouent toutefois que la facture totale demeure très importante pour les contribuables.

« Pour de petites municipalités comme les nôtres, c’est impossible de supporter un tel investissement. Du côté fédéral, il existe des programmes d’infrastructures municipales, mais ce n’est pas suffisant. Il faut que le provincial fasse sa part. »

La mairesse de Saint-André affirme que de nombreux automobilistes préfèrent passer par Métabetchouan-Lac-à-la-Croix pour se rendre à Chambord. Une situation qui incite également les résidents à se rendre à Alma pour leurs achats.

« Du point de vue économique, c’est néfaste pour les commerçants de la MRC du Domaine-du-Roy. Sans oublier les enjeux de sécurité pour les ambulances, camions de pompiers, SQ et autres. La route étant bloquée plusieurs fois par jour, ce n’est pas sécuritaire. »

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES