Mercredi, 24 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 10 s

« Un jour une personne devra avoir le courage politique d’affronter le processus de fusion »

Jean Tremblay
Le 19 mars 2022 — Modifié à 07 h 22 min le 19 mars 2022
Par Jean Tremblay - Journaliste

Celui qui prônait « Une ville/une MRC » persiste et signe. Bernard Généreux soutient qu’un jour où l’autre il faudra fusionner les municipalités de Roberval, Saint-Prime et Saint-Félicien.

« C’est une question d’efficacité. Je ne peux toujours pas comprendre pour quelle raison on a besoin de 10 directeurs généraux pour accompagner correctement le développement de nos municipalités », affirme-t-il.

L’ex-politicien avoue que s’il avait remporté les dernières élections à la préfecture en novembre dernier, cette réflexion aurait fait partie de son programme politique.

« Probablement qu’avec la pandémie il aurait été difficile de susciter un intérêt sur cette démarche. Toutefois, la question reste entière. Il va falloir qu’une personne ait le courage d’affronter cette possibilité et qu’on fasse l’exercice ouvertement. »

Pour être davantage performant

Bernard Généreux garde un souvenir de l’époque où les fusions municipales de masse faisaient partie des priorités du gouvernement du Québec. Une période où les trois maires de Roberval, Saint-Prime et Saint-Félicien se demandaient quelle était la stratégie à adopter pour être davantage performant.

« La question de la gouvernance du territoire a toujours été une préoccupation du milieu. »

Méfiance entre les politiciens

Il rappelle également qu’en 1999, lors de son élection comme préfet à la MRC Domaine-du-Roy, il n’était pas le candidat pressenti par les « Villes ».

« Il y avait constamment une méfiance entre les municipalités rurales et les villes. À l’époque, il aurait fallu avoir une discussion plus transparente et ouverte sur la question de la fusion. Je me sentais plutôt comme un acteur de cette discussion plutôt qu’un intervenant direct. »

Bernard Généreux pense que si les élus avaient initié un débat sur la fusion… « Peut-être qu’on aurait réussi à la faire accepter par la population. »

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES