Sports

Temps de lecture : 1 min 34 s

Avec le sifu Roger Boudreault de l’Académie de Saint-Félicien

Apprendre le kung fu n’est pas chinois

Denis Hudon
Le 10 janvier 2024 — Modifié à 08 h 00 min le 10 janvier 2024
Par Denis Hudon - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Apprendre le kung fu n’est pas chinois

L’Académie de Kung Fu de Saint-Félicien poursuit son petit bonhomme de chemin. Bien présent dans le paysage jeannois, le club commence une nouvelle année avec quelque 35 membres. L’instructeur en chef, le Sifu Roger Boudreault, continue d’initier, d’entraîner et de former des jeunes et des adultes aux arts martiaux par le kung fu traditionnel selon la méthode Endrizzi.

« Le nombre de membres varie d’une année à l’autre. Je n’ai pas de période spécifique pour les inscriptions, les gens viennent à n’importe quel moment dans l’année. C’est pourquoi le nombre varie. L’an dernier, j’ai eu jusqu’à 56 membres », dit Roger Boudreault.

Déjà, après le congé des Fêtes, les cours ont repris pour les jeunes, les ados et les adultes.  La clientèle provient des deux territoires des MRC Domaine-du-Roy et Maria-Chapdelaine.

« Ces temps-ci, j’ai environ la moitié de mes élèves qui sont des jeunes de 12 à 20 ans.  J’offre aussi des cours parents-enfants. Au cours de l’année, je tiens des stages, des séminaires et quelques compétitions locales. Les compétitions sont de plus en plus rares dans la région », mentionne celui qui a commencé à s’entraîner au kung fu en 1991. Roger Boudreault est aujourd’hui ceinture noire, quatrième dan. Pour le seconder, le club peut compter sur le Si Bak (grand-oncle) André Laverdière à titre d’instructeur.

Parmi les membres les plus hauts gradés du club cette année, l’un est ceinture noire et l’autre ceinture verte.

Auto-défense

Les élèves s’inscrivent à l’Académie Kung Fu de Saint-Félicien pour diverses raisons, comme l’explique Roger Boudreault.

« Certains viennent tout simplement pour s’entraîner, garder la forme, d’autres pour suivre des cours d’auto-défense. Dans ce cas-là, c’est plus séquentiel. Quand il y a une recrudescence de la violence, généralement il y a plus de femmes qui s’inscrivent. J’ai d’ailleurs une partie de ma clientèle qui m’est référé par le CAVAC (NDLR : Centre d’aide aux victimes d’actes criminelles) ».

Roger Boudreault évalue à environ 60 % ses élèves qui viennent à son académie pour une mise en forme. Un autre 25 % à 30 % pour s’entraîner et 10 % à 15 % pour la compétition.

Le kung fu traditionnel favorise notamment la mise en forme et le développement de la confiance en soi.

C’est particulièrement en mars et avril que le club tient sa cérémonie de remise de ceintures (grades).

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES